Le groupe

Devant le Station Inn à Nashville, Tennessee

Lampridic Bluegrass Band devant le Station Inn à Nashville, Tennessee

– Ben ! On est quatre musiciens et on joue du Bluegrass
– Ah ! C’est du blues ça non ?
– Non, en fait, le Bluegrass est une musique traditionnelle d’Amérique du nord, de la région des Appalaches plus exactement.
– Ah bon, et qu’est-ce qu’elle a de particulier cette musique ?
– Elle est jouée par cinq instruments de la famille des cordes : une guitare, un banjo, une mandoline, un violon et une contrebasse.
– Et ça sonne, ces instruments mis ensemble ?
– Oui, et même bien ! l Le rythme est donné sur le temps par la contrebasse et sur le contre-temps par la mandoline. C’est le fameux poum-tchak !
– Et sinon vous chantez ?
– Oui, la plupart des chants ont des parties à trois voix. Le lead, le ténor et le baryton
– C’est du classique alors !
– On utilise les mêmes termes, mais en fait le baryton et le ténor sont inversés par rapport à leur signification dans la musique classique. Le chant sonne plutôt gospel.
– Et le violon, il fait quoi alors ?
– Plein de choses : il improvise des solis, il insère des gimmicks à la fin des phrases et il fait même du rythme lorsque la mandoline assure la partie solo.
– Il improvise ! Comme dans le jazz ?
– Oui, le bluegrass est une musique d’improvisation, de rencontre. Le violon, le banjo, la mandoline et parfois même la guitare et la contrebasse, improvisent. On ne joue jamais le même morceau. On doit s’écouter et se regarder pour évoluer ensemble.
– Balaise ! Et vous réussissez à en vivre de cette musique ?
– Non ! Certes non. Mais ce n’est pas le but. Le but c’est de se faire plaisir avec une formation qui se montre exigeante sur sa musique et qui essaie de faire découvrir en France, une tradition méconnue et qui pourtant a beaucoup de similitudes avec les musiques traditionnelles françaises.
– Je ne comprends pas. Tu disais qu’elle était américaine cette musique.
– En fait, à la base, elle est celtique. Ce sont les écossais et les irlandais qui sont partis vers les Amériques qui ont apporté, vers le nouveau monde, leurs airs traditionnels.
– C’est un drôle de mélange quand même.
– Et là je ne t’ai pas parlé des influences d’Europe de l’Est et Hawaïennes.
– C’est métissé alors comme musique.
– Oui, c’est métissé. Et cette musique évolue encore, car elle vit et s’ouvre aux sons de groupes nouveaux, plus modernes.
– Ben c’est traditionnel ou moderne ? –
– C’est traditionnel et vivant, donc en constante évolution ! Ce n’est pas folklorique. Chaque groupe apporte sa pierre à l’édifice. D’ailleurs, nous essayons aussi, à notre niveau, d’apporter du nouveau en nous lançant dans la composition, en français, de nos propres morceaux. C’est une aventure passionnante !
– Le mieux, c’est que je vienne vous écouter pour me faire une idée grandeur nature de votre univers.
– Ce sera avec plaisir. Nous pourrons alors continuer cette discussion autour d’une bonne bière. A bientôt